L’équilibre physique du corps

Avec l’arrivée des plate-formes de force, et l’enregistrement d’une quarantaine de paramètres via l’ordinateur, la notion d’équilibre a franchement évolué.
L’homme normal debout est capable de maintenir sa verticale de gravité non pas approximativement dans le polygone de sustentation mais à l’intérieur d’un cylindre d’à peine 1 cm² de section.

La précision du contrôle de la stabilité est donc spectaculaire.

Comment fonctionne le processus de stabilisation du corps ?

Le processus rattrape sans cesse des écarts de quelques millimètres du centre de gravité par rapport au centre de pression (point mobile de contact maximum sous la plante du pied en position debout). 95 % des phénomènes de stabilisation observés chez l’homme ‘normal’ debout au repos correspondraient à cette tactique du centre de pression, selon Winter et col. (1997).

Pour comprendre les posturologues font l’analogie avec un balai renversé sur le bout d’un doigt. Pour éviter sa chute, il faut constamment projeter sa main « dans tous les sens » plus vite et plus loin que le centre de gravité. Ainsi le centre de gravité reste placé au voisinage d’une ligne verticale normale.

De la perte d’équilibre à la chute

Lorsque le centre de gravité s’écarte du fameux cylindre de stabilité, il navigue d’abord dans le polygone de sustentation. S’il reste dans les limites de ce dernier, le corps tient debout, et au-delà il chute. On peut donc tenir debout en équilibre instable, mais aux prix d’une forte dépense d’énergie. C’est le cas notamment du traumatisé crânien.

One thought on “L’équilibre physique du corps”

Comments are closed.